La famille Peugeot La famille Peugeot est installée depuis le XVème siècle à Vandoncourt près de Sochaux. Cette famille a su s'adapter aux évolutions des différentes époques. Des premiers tricycles à moteur jusqu'aux modèles les plus récents, Peugeot est rapidement devenu l'un des premiers constructeurs français et a su s'imposer sur le marché international.

Jean-Pierre Peugeot 1734-1814 Jean-Pierre Peugeot est le fils d'un meunier, c'est lui qui fonde la branche industrielle de la société Peugeot qui construisait et exploitait des moulins à eau.

Jean-Pierre II Peugeot 1768-1852 Associé à ses fils, il crée des usines à Terre-Blanche, Pont-de-Roide et Valentigney des forges et des fonderies qui fabriquent des aciers laminés. Ils déposent un brevet de laminage à froid et un autre brevet pour moulin à café avec le corps en bois et le broyeur en acier. Ils commencent à fabriquer de l'outillage.

Jules Peugeot 1811-1889 et Émile Peugeot 1815-1874 Ils sont les fils de Jean Pierre II, ils prennent la succession de leur père, la société devient « Peugeot Frères Aînés ». De nouvelles fabrications : fourches, tondeuses pour coiffeur, broyeurs de grains sont développées. Mais les deux frères marqueront l'histoire Peugeot par les progrès sociaux dont ils sont à l'origine : journée de dix heures, assurance mutuelle sociale avec soins et médicaments gratuits, caisse de pension pour les veuves, caisse de retraite ouvrière, création d'un hôpital à Valentigney dans lequel les personnels et leurs familles sont soignés gratuitement, caisse d'épargne, clubs de gymnastique, coopératives alimentaires, logements à bas pris pour les ouvriers et leurs familles.

Eugène Peugeot 1844-1907 et Armand Peugeot 1849-1915 Eugène, le fils de Jules est né à Hérimoncourt le 1er février 1811. Il fait ses études à HEC. Il devient directeur des usines de Valentigney qui comptent 600 ouvriers. Armand, fils d'Emile est né à Valentigney le 18 juin 1849. Il fait ses études à l'Ecole centrale de Paris. Il devient directeur des usines d'Hérimoncourt avec 900 ouvriers puis de Valentigney. Il est élu maire d'Hérimoncourt puis de Valentigney et conseiller général radical du canton d'Audincourt. Il créé le journal « Le Pays de Montbéliard ». C'est le début de fabrication des tricycles puis des bicyclettes. Armand décide de motoriser ses tricycles, il expose des prototypes sur le stand Peugeot à l'exposition universelle de Paris. Après une tentative peu fructueuse avec un engin à vapeur, il sort sa première automobile à moteur à explosion en 1891. C'est le début des automobiles Peugeot. Armand veut développer la construction automobile mais Eugène est très réticent, il ne croit pas à l'automobile. Armand Peugeot fonde la nouvelle société « Automobile Peugeot » en avril 1896, en 1887 il vend 54 automobiles et 500 en 1900. Armand fait construire une usine à Sochaux en 1912 et en 1913 Peugeot produit 4 000 voitures.

Armand Peugeot Eugène continue à fabriquer des bicyclettes, motos, tricycles avec ou sans moteur, des outils, des articles ménagers en particulier des moulins à café dans la société « Peugeot Frères ». Eugène, incrédule au départ se lance à son tour dans l'automobile sous la marque « Lion Peugeot ». Armand, conscient que cette rivalité est stérile, amorce un rapprochement avec Eugène, ce rapprochement sera concrétisé après leur mort. Pierre Peugeot 1871-1927, Robert Peugeot 1873-1945 et Jules Peugeot 1882-1959 Pierre, Robert et Jules sont les trois fils d'Eugène. Robert est ingénieur de l'Ecole Centrale de Paris. Il épouse une fille Japy. Il est maire de Mandeure. Après la mort de leur oncle Armand et de leur père Eugène, les trois frères fusionnent à « Automobiles Peugeot ». En 1909, Robert Peugeot devient chef de famille et prend la tête du groupe Peugeot. Pendant la guerre 1914-18 les usines Peugeot participent à l'effort de guerre, elles fabriquent des vélos, des voitures, des camions, des moteurs, des chars, des moteurs d'avions, des obus. Au lendemain de la guerre, Peugeot est lourdement endetté ce qui conduit à l'éclatement en 1926 de la « Société des automobiles et des cycles Peugeot » en deux sociétés autonomes : « Automobiles Peugeot » et « Cycles Peugeot », la partie rentable de fabrication de cycles est séparée de la branche automobile déficitaire. Entre-temps la 100 000ème voiture est sortie de Sochaux en 1925.

Jean-Pierre Peugeot 1896-1960 Jean-Pierre Peugeot, fils de Robert prend la direction de Peugeot en 1928. Cette même année il crée le Football Club Sochaux-Montbéliard (FC Sochaux) dont il est président. Le F.C. Sochaux est à l'origine du professionnalisme, les meilleurs joueurs viennent jouer au club qui remporte la coupe de France et deux fois le championnat de France. Peugeot remporte les 24 Heures du Mans en 1938 avec une 402 et sort la 202. Avec la guerre 1939-45, Peugeot est placé sous le contrôle d'un ingénieur allemand Von Guillaume en 1940, puis de Ferdinand Porsche, le créateur de la Volkswagen, en mars 1943. Peugeot ne peut plus fabriquer de voitures et doit accepter les commandes de camions, de pièces détachées pour la Wehrmacht. Des ouvriers à la direction, on ralentit la fabrication et on organise le sabotage du travail, la production chute de 80 %. En mars 1944, la Royale Air Force programme un bombardement de l'usine de Sochaux, persuadée que les Allemands vont y démarrer la production de fuselage des V1. Pour l'éviter, la Résistance franc-comtoise organise une opération de sabotage en coupant toute l'alimentation électrique de l'usine. Les photos du sabotage sont envoyées à Londres qui annule alors le bombardement prévu.

Roland Peugeot 1926 En 1960, à la mort de Jean-Pierre Peugeot, son fils Roland lui succède à la tête de la société. En 1965, c'est la constitution de PSA (Peugeot Société Anonyme) qui assure la gestion financière unique pour l'ensemble des activités du groupe (automobiles, cycles, aciers et outillages). François Gautier est nommé PDG du groupe par les membres dirigeant de la famille Peugeot en 1966. C'est une surprise car il est le premier dirigeant du groupe à ne pas être un membre de la famille. En 1974, Peugeot rachète Citroën à Michelin. L'acquisition devient effective en 1976 même si Peugeot préfère laisser à Citroën une certaine indépendance avec son logo, ses modèles, son réseau de concessionnaires et son design de véhicules. PSA devient le groupe PSA Peugeot Citroën. PSA rachète les filiales européennes de Chrysler en 1978. En 1982, la production descend dangereusement en dessous de 1.6 million de véhicules. PSA Peugeot Citroën connaît d'importantes difficultés financières. La famille Peugeot fait appel à Jacques Calvet qui est nommé Président du directoire. Il dirige le groupe de 1984 à 1997. C'est avec le lancement de la 205, immense succès commercial de l'époque, que PSA sortira peu à peu la tête de l'eau. En 1997 Jean-Martin Folz succède à Calvet dont le mandat n'a pas été renouvelé. Il restera à la tête du groupe jusqu'en 2006. En 1988, Pierre Peugeot, président du conseil de surveillance du groupe inaugure le Musée Peugeot sur le site de Sochaux.

Thierry Peugeot 1957 A la mort de son père Pierre, en 2002, Thierry Peugeot, diplômé de l'ESSEC est élu président du conseil de surveillance, Jean-Philippe Peugeot en est le vice-président. Fin 2006, c'est Christian Streiff qui est nommé à la tête de PSA pour succéder à Jean-Martin Folz en 2007, alors que Robert Peugeot, ingénieur de l'Ecole Centrale et directeur de l'innovation et de la qualité, avait brigué ce poste.

Extrait du site Racines Comtoises http://www.racinescomtoises.net